Accueil  Hotel   Parlons nos langues   Profils   Cuisine   Insolite   Petit dico Nouchi   Blagues   A propos de nous  Contact
 
Showbiz Actualités Evènements Musique Coin Chic Dossiers À la decouverte de Galerie Photo Vidéo
     
ACTUALITES

«Paquinou», le phénomène s'étend aux villages du nord du pays



 Chaque année, les populations baoulé originaires du centre de la Côte d’Ivoire célèbrent la Pacques résurrection de Jésus Christ, «Paquinou».

Ce phénomène gagne du terrain au fur et à mesure que les années passent et a dépassé les frontières du centre du pays.

Le nord est désormais rentré dans la danse. Comme les populations du centre, celles de cette partie du pays, mettent à profit la période de la semaine pascale pour se réunir dans les villages et parler de développement.

Depuis des années l’on assiste à l’organisation de rencontres dans la partie septentrionale du pays durant la fête de la Pacques.

Cette année encore, les populations ont déferlé dans les villages des départements de Niakara, Korhogo, Ferké, pour prendre part aux activités des mutuelles de développement.

Heureusement l’édition 2018 de la célébration de la Pacques a coïncidé avec la campagne commerciale de l’anacarde dans le nord.

Les populations ont les ressources nécessaires pour célébrer la Pacques, même si cette campagne semble moins fructueuse que la précédente à cause de la faible production de l’anacarde. 

Si au nord, ce sont pour la plupart les cadres qui font le déplacement dans les villages, au centre en plus de cette catégorie de personnes, les planteurs baoulés de cacao et de café prennent d’assaut les villages après un an d’absence ou plus.

«C’est un grand moment de retrouvailles des fils et filles de même village partis créés des plantations de café, cacao, hévéa, etc. en zone forestière, au sud et à l’ouest du pays ou encore exerçant en zone urbaine, pour réfléchir sur les questions liées au développement. Ce, en marge de l’aspect festif ponctué généralement de danses tradi-modernes, de partage de mets variés, de règlement de problèmes familiaux, etc., » explique un cadre du village de Molonoublé.

Nous apprenions par ailleurs que cette année, les « fêtards » ont eu du mal à se rendre dans leurs différents villages.

Il s’agit principalement de ceux qui ont quitté leur lieu de résidence, le vendredi.

Ils auraient connu un calvaire indescriptible entre  yamoussoukro et Tiebissou à cause des embouteillages monstres dus à l’incivisme des conducteurs.

Des transporteurs affirment avoir rallié cette distance de moins de 30 Km à plus de 5 heures de temps alors qu’habituellement, ils le font en 40 minutes.

Wassimagnon, Abidjan



 
Retrouvez ici d'autres articles de la même categorie :
 
Condamnées au divorce pour leur infertilité, elles vivent entre détresse et drame (Feature)
 
Pluies diluviennes : Mardi noir à Abidjan
 
LES FILLES D'ABIDJAN : ELLES CHERCHENT GARÇONS AU TÉLÉPHONE
 
Final Miss Côte d’ivoire 2018, Une grande réussite
 
Pluies et responsabilité
 
CÔTE D'IVOIRE:CAUSES DES ACCIDENTS DE LA ROUTE.
 
 
 
 
 
   
 
   
   
    Espace reconmandation
    Votre Nom
    Le(s) adresse(s) mail(s) de vos amis
      *pour inserer plusieurs mails separer les par un espace
       
 
 
Évènements
     

     
    FAITES VOS DEDICACES ICI
     
     
     
     
     
     
     
     
     

    Dédicaces du moment
     
     
    Cliquer sur une dédicace pour écouter la musique qui l'accompagne
     
         
             
    Reseau sociaux
     
       
       
       
     

    Nos partenaires


      

    Nous contacter
    Siège social: Yopougon Face au CHU - Immeubre Baraka - Porte A3
    | Tel: 225 23 45 75 35 | Cel: 225 07 84 55 94| Email : info@akwaba.biz
    akwaba.biz, akwaba.net, version 2.0 tous droits réservés
    Conception et réalisation Technova