Accueil  Hotel   Parlons nos langues   Profils   Cuisine   Insolite   Petit dico Nouchi   Blagues   A propos de nous  Contact
 
Showbiz Actualités Evènements Musique Coin Chic Dossiers À la decouverte de Galerie Photo Vidéo
     
ACTUALITES

Marabouts, féticheurs, voyants, sorciers - Tous dans la publicité



Le secteur de la publicité semble n’avoir plus de secret pour les spécialistes des sciences occultes. Marabouts, féticheurs, voyants, sorciers, etc., se sont jetés à la chasse aux clients en utilisant toutes les formes de communication.


Qui a dit que sciences occultes et Ntic ne font pas bon ménage ? Si l’importance de ces nouvelles technologies de l’information et de la communication n’est plus à démontrer, elle semble avoir gagné des secteurs d’activité jusque-là insoupçonnés.
Le bouche-à-oreille, qui a si bien fonctionné dans certaines professions qui ont cultivé le secret à l’excès, est en train d’être remplacé petit à petit par les Ntic. Les voyants, marabouts, devins, féticheurs exerçant en Côte d’Ivoire se sont mis à la communication tous azimuts. Changement de mentalités ou désir de suivre le rythme d’un monde en perpétuelle évolution ? Toujours est-il que tous les moyens de communication - radio, presse écrite, internet – sont littéralement «assaillis» par les marabouts, féticheurs, voyants et autres spécialistes des sciences occultes, toujours en quête d’une clientèle abondante.

La salle d’attente du cabinet de Koné Lacina Sounoukou ne désemplit pas. Une foule de patients – hommes, femmes, jeunes, vieux – se bouscule à sa porte, attirée par ses traitements. Pour ce voyant, originaire de Korhogo et installé dans la commune d’Abobo, cette affluence est aussi bien le résultat de sa compétence que le fruit de ses annonces. Il sollicite à cet effet des insertions dans plusieurs journaux. «C’est une manière de nous faire connaître et de faire savoir ce que nous faisons», explique-t-il.

Comme Koné Lacina Sounoukou, plusieurs voyants, guérisseurs, marabouts – en un mot, adeptes des sciences occultes – se sont ouvert des lucarnes sur le monde visible, dans la chasse aux clients. T. L., rencontrée, dans la salle d’attente du voyant, explique que c’est la première fois qu’elle se rend chez lui. «Je n’étais jamais venue ici auparavant. J’ai vu son annonce dans un journal de la place et j’ai pensé qu’il peut m’aider à résoudre mon problème», témoigne, à sa «sortie d’audience», cette habitante de Yopougon.

Un autre voyant, « Grand Maître Mazur », installé à Yopougon quartier Maroc communique efficacement. En plus des espaces dans la presse, il dispose d’un portail internet régulièrement à jour. Interactif, il permet au voyant de s’occuper de sa clientèle même lorsqu’il est en déplacement comme c’est le cas actuellement. «Il est en voyage pour un mois», explique son assistante. Pour la célèbre voyante Touré Massandjé, située à quelques encablures du cabinet de Maître Mazur, «faire de la publicité ne doit pas être le fait des voyants». Elle explique sa présence dans les journaux par le fait de personnes reconnaissantes. Celles-ci lui font l’amitié de «faire gratuitement» sa publicité. Pour elle, «la sauce qui est bonne n’a pas besoin de publicité, les gourmets viennent d’eux-mêmes».

Quelle réaction l’autorité de régulation a-t-elle face à cette corporation qui prend de plus en plus de place dans les média ? Alors que des sources – qui ont réclamé l’anonymat – indiquent que les voyants ont la possibilité de faire des réclames publicitaires, les autorités du Conseil supérieur de la publicité ont demandé qu’un courrier leur soit d’abord adressé pour se prononcer sur la question. Dans tous les cas, les voyants, eux, ne les ont pas attendus pour se faire connaître.


 
Retrouvez ici d'autres articles de la même categorie :
 
Eswatini (ex Swaziland): le roi ordonne aux hommes d’épouser plus de 2 femmes ou seront emprisonnés
 
Le célèbre restaurant TEXAS GRILLZ vient d'être démoli
 
La préfecture de police d’Abidjan délocalisée à Abobo
 
La beauté féminine et le goût du paraître, mais à quel prix ?
 
Une femme retrouvée morte découpée à la machette avec un sein amputé
 
L’Eglise catholique dit non au projet de loi sur l’avortement
 
 
 
 
 
   
 
   
   
    Espace reconmandation
    Votre Nom
    Le(s) adresse(s) mail(s) de vos amis
      *pour inserer plusieurs mails separer les par un espace
       
 
 
Évènements
     

     
    FAITES VOS DEDICACES ICI
     
     
     
     
     
     
     
     
     

    Dédicaces du moment
     
     
    Cliquer sur une dédicace pour écouter la musique qui l'accompagne
     
         
             
    Reseau sociaux
     
       
       
       
     

    Nos partenaires


      

    Nous contacter
    Siège social: Yopougon Face au CHU - Immeubre Baraka - Porte A3
    | Tel: 225 23 45 75 35 | Cel: 225 07 84 55 94| Email : info@akwaba.biz
    akwaba.biz, akwaba.net, version 2.0 tous droits réservés
    Conception et réalisation Technova